Gérer la moisissure blanche avec des fongicides et votre téléphone intelligent

July 18, 2019

Le nombre d’outils dans la trousse de gestion de la moisissure blanche continue d’augmenter, ce qui est une bonne nouvelle pour les producteurs, qui cherchent à réduire l’impact que cette maladie dévastatrice pourrait avoir sur leur récolte de 2019.

Au dire de Marijke Vanderlaan, représentante agronomique aux ventes chez Syngenta, la moisissure blanche peut avoir un plus grand effet lorsque les conditions sont fraîches, nuageuses, pluvieuses et humides pendant la floraison. Cette maladie est particulièrement problématique dans les champs de soya à forte densité de peuplement, où les espacements de rang sont étroits et où le couvert végétal se referme tôt. En fonction de la gravité, la moisissure blanche peut entraîner une réduction des rendements, de la résistance à la verse et de la qualité des fèves.

La génétique est le premier outil que les producteurs peuvent utiliser pour défendre leur culture contre cette maladie. Selon Vanderlaan, les producteurs dont les champs sont sujets à la moisissure blanche devraient toujours rechercher des variétés de soya présentant un niveau élevé de tolérance à cette maladie. Elle note que, dans les champs ayant des antécédents de moisissure blanche, on devrait envisager des densités de peuplement réduites et des espacements de rang potentiellement plus grands, qui ouvriront le couvert végétal et favoriseront le mouvement de l’air.

Cibler le stade de croissance R1 pour les fongicides

Les fongicides constituent également une défense clé contre la moisissure blanche. D’après Vanderlaan, il est important que les producteurs « commencent tôt » et fassent l’application d’un fongicide au moment où ils peuvent encore voir le sol. Plus précisément, elle recommande aux producteurs d’être prêts à appliquer un fongicide au stade de croissance R1 (début de floraison) si les conditions sont propices à l’apparition de cette maladie.

« Il est essentiel de protéger le site d’infection primaire », déclare Vanderlaan, qui note que la suppression de la moisissure blanche dans le soya figure sur l’étiquette du fongicide Allegro®, de Syngenta. Pour une suppression optimale, elle conseille aux producteurs d’accorder une attention particulière aux volumes d’eau et au choix des buses. « Quand on se sert de buses à jet plat, on obtient des gouttelettes fines à moyennes, qui permettent une meilleure couverture en profondeur du couvert végétal. Lors de l’emploi d’Allegro, l’eau est également un élément clé : utilisez 20 gallons par acre ou plus. » Si les conditions restent favorables à l’apparition de la maladie, une deuxième application de fongicide peut être nécessaire. TrivaproTM (homologué pour la suppression de la moisissure blanche), ou un autre fongicide actif contre cette maladie, peut être appliqué 10 à 14 jours après l’application d’Allegro.

L’application Sporecaster prévoit le risque de moisissure blanche

Cette année, Vanderlaan teste également l’application pour téléphone intelligent Sporecaster – un nouvel outil que les producteurs peuvent utiliser dans leur lutte contre la moisissure blanche. Le but de cette appli est d’aider les producteurs à prévoir le besoin d’une application de fongicide pour supprimer la moisissure blanche dans leurs cultures. Le meilleur moment pour pulvériser des fongicides destinés à lutter contre cette maladie est pendant la floraison (stades de croissance R1 et R3), lorsque des apothécies (petites structures en forme de champignons) sont présentes sur le sol. Les apothécies libèrent des spores qui infectent les fleurs de soya sénescentes, ce qui conduit à l’apparition de moisissure blanche.

L’application Sporecaster a été élaborée par le Programme de gestion des nutriments et des ravageurs de l’Université du Wisconsin à Madison, avec le soutien de l’Association du soya du Wisconsin et de l’Office de mise en marché du soya du Wisconsin. Cette appli utilise des recherches universitaires pour transformer quelques simples pressions sur l’écran d’un téléphone intelligent en une prévision instantanée du risque de présence d’apothécies dans un champ de soya.

Télécharger l’application sur son téléphone intelligent

Les versions Apple et Android de l’application peuvent être téléchargées gratuitement. Une fois l’appli installée, les producteurs peuvent créer plusieurs champs pour déterminer le risque de présence d’apothécies dans chacun. L’application invite l’utilisateur à entrer des informations, telles que le nom du champ, son emplacement, l’espacement des rangs et la présence ou non d’irrigation. Ensuite, elle peut calculer le risque de présence d’apothécies.

Toujours lire l’étiquette et s’y conformer. Allegro® est une marque déposée d’ISK Biosciences Corporation. Trivapro est un emballage jumelé des fongicides Trivapro A et Trivapro B. TrivaproTM est une marque de commerce d’une société du groupe Syngenta. © 2019 Syngenta.

PDF précédent
Guide des semences de soya 2020
Guide des semences de soya 2020

Article suivant
Le soya semé en juin
Le soya semé en juin

Leanne Freitag, directrice de soutien aux services agronomiques chez Syngenta, explique comment un semis ta...

×

Recevoir des mises à jour par courriel

Prénom
Nom de famille
Merci pour votre subscription!
Error - something went wrong!