Pensez à maîtriser tôt le maïs spontané

June 10, 2019

En 2019, la gestion du maïs spontané dans le soya constituera un défi pour de nombreux producteurs de l’est du Canada.

La nécessité de maîtriser le maïs spontané n’est pas nouvelle, mais une récolte difficile en 2018 en Ontario et au Québec compliquera les choses cette année, dit Steve Johns, représentant agronomique aux ventes chez Syngenta Canada. Les producteurs de nombreuses régions de l’Ontario ont combattu une épidémie de fusariose de l’épi dans le maïs, laquelle a entraîné des niveaux de DON sans précédent. Pour contribuer à gérer le problème, on a ajusté les réglages des moissonneuses-batteuses lors de la récolte afin d’aider à éliminer les grains malades. Dans certains champs, ces grains furent simplement soufflés sur le sol.

Pour ce qui est du Québec, Éric Boulerice, lui aussi représentant agronomique aux ventes chez Syngenta, explique que les producteurs ont eu du mal à récolter une culture très sèche dans des conditions météorologiques défavorables en fin de saison, ce qui a entraîné la chute de beaucoup d’épis et une grande perte de grains avant le passage de la moissonneuse-batteuse. Boulerice affirme que, tout comme en Ontario, il y a dans de nombreux champs de soya des populations de grains de maïs beaucoup plus importantes, qui germeront et causeront des maux de tête liés à la gestion du maïs spontané en 2019.

Ne mettez pas en péril les primes offertes pour le soya IP

Selon Boulerice, il est extrêmement important que les producteurs maîtrisent ce maïs spontané dans les cultures de soya IP. « S’il y a trop de grains dans l’échantillon, vous risquez de perdre la prime ainsi que des débouchés sur le marché d’exportation. » Il ajoute que le maïs spontané créera également des ennuis lors de la récolte du soya RoundupMD Ready – et des problèmes encore plus importants pour la production de semences, car la présence de grains de maïs dans les lots de semences est mal vue par les entreprises semencières.

« Si vous cultivez du soya IP, maîtriser le maïs spontané devrait être une priorité », dit Johns. Mais ce devrait être une préoccupation pour tous les producteurs qui voient des plants de maïs lever dans leur culture de soya. Johns note que des recherches menées par l’Université d’État du Dakota du Sud montrent qu’une densité de maïs spontané de 5 000 plants/acre peut réduire les rendements de soya de 20 % – soit une perte de rendement de 12 boisseaux/acre dans une récolte de 60 boisseaux/acre de soya. Les pertes de rendement peuvent être encore plus importantes dans les parties d’un champ où un nombre élevé d’épis tombés produit des touffes de maïs spontané.

Le maïs spontané : une mauvaise herbe compétitive

« De nombreux producteurs ne voient vraiment pas le maïs spontané comme une mauvaise herbe dans leurs cultures de soya, indique Johns. En fait, c’est l’une des mauvaises herbes les plus compétitives qui soient. » Il pense que, en général, les producteurs pulvérisent le maïs spontané trop tard. Ils ont tendance à penser que davantage de plants de maïs vont lever et attendent une occasion de tous les tuer. « Mais c’est cette première cohorte qui causera le plus de pertes de rendement », dit-il.

D’après Johns, la meilleure approche pour les producteurs consiste à appliquer des programmes herbicides solides en prélevée, puis à cibler la première cohorte de maïs spontané au stade 1-2 feuilles trifoliées du soya (V1-V2). « C’est à ce stade que le soya est le plus vulnérable à la perte de rendement et que nous devrions maîtriser le maïs spontané », fait remarquer Johns. Qu’il s’agisse de soya Roundup Ready 2 XtendMD ou IP, les producteurs disposent d’options de désherbage, dont le glyphosate, Venture® L et Assure™. « Venture L est considéré comme l’un des produits les plus actifs sur le maïs spontané, et de faibles doses aideront à le supprimer assez économiquement », dit-il.

Gestion de la résistance de la chrysomèle des racines du maïs

Maîtriser le maïs spontané est aussi une bonne stratégie de gestion de la résistance, particulièrement en ce qui concerne la chrysomèle des racines du maïs. Johns fait remarquer que le maïs spontané ne produit pas le même niveau de toxine Bt pour supprimer la chrysomèle des racines du maïs que le maïs de semence hybride. Cela signifie que le maïs spontané peut fournir à la chrysomèle des racines du maïs une « passerelle » lui permettant de survivre à une culture de soya et de poser des problèmes de résistance dans la culture de maïs suivante.

Selon Boulerice, le dernier point que les producteurs doivent prendre en compte est la gestion prérécolte, en particulier dans le soja IP. Ils croient souvent qu’ils peuvent éliminer les plants de maïs spontanés avec une application d’herbicide avant la récolte. Un brûlage prérécolte typique consisterait en une faible dose de glyphosate avec Eragon® (saflufénacil). Les producteurs doivent se rappeler que ce maïs spontané est généralement tolérant au glyphosate et qu’Eragon n’offre aucune maîtrise des plantes adultes. Cela signifie que ce maïs spontané peut passer dans la moissonneuse-batteuse et constituer une source de contamination supplémentaire risquant d’avoir un impact sur les primes.

« Vous ne pouvez pas baisser la garde devant le maïs spontané, prévient Johns. C’est une mauvaise herbe qui fera chuter le rendement. »


Monsanto Company est membre du groupe Excellence Through StewardshipMD (ETS). Les produits de Monsanto sont commercialisés conformément aux normes de mise en marché responsable d’ETS et à la politique de Monsanto pour la commercialisation des produits végétaux issus de la biotechnologie dans les cultures de base. L’importation de ce produit a été approuvée dans les principaux marchés d’exportation dotés de systèmes de réglementation compétents. Toute récolte ou matière obtenue à partir de ce produit ne peut être exportée, utilisée, transformée ou vendue que dans les pays où toutes les approbations réglementaires nécessaires ont été accordées. Il est illégal, en vertu des lois nationales et internationales, d’exporter des produits contenant des caractères issus de la biotechnologie dans un pays où l’importation de telles marchandises n’est pas permise. Les producteurs devraient communiquer avec leur négociant en grains ou acheteur de produits pour confirmer la politique de ces derniers relativement à l’achat de ce produit. Excellence Through StewardshipMD est une marque déposée d’Excellence Through Stewardship.

Toujours lire l’étiquette et s’y conformer. Venture® L et le logotype Syngenta sont des marques de commerce d’une société du groupe Syngenta. Les autres marques de commerce sont la propriété de leurs titulaires respectifs. Les cultures GenuityMD Roundup Ready 2 RendementMD contiennent des gènes qui leur confèrent une tolérance au glyphosate, la matière active des herbicides agricoles de marque RoundupMD. Les soyas Roundup Ready 2 XtendMD contiennent des gènes qui leur confèrent une tolérance au glyphosate, une matière active des herbicides agricoles de marque RoundupMD, et au dicamba, la matière active de l’herbicide XtendiMaxMD avec technologie VaporGripMD. Les herbicides agricoles contenant du glyphosate détruiront les cultures qui ne sont pas tolérantes au glyphosate, de même que les cultures qui ne sont pas tolérantes au dicamba seront détruites par les herbicides contenant du dicamba. GenuityMD, le logo et les symboles GenuityMD, Roundup Ready 2 XtendMD, Roundup Ready 2 RendementMD, RoundupMD, VaporGripMD et XtendiMaxMD sont des marques de commerce de Monsanto Technology LLC, utilisées sous licence au Canada par Monsanto Canada inc. © 2019 Syngenta.

Article précédent
L’application Bean Cam facilite le dénombrement des peuplements
L’application Bean Cam facilite le dénombrement des peuplements

Bean Cam, une appli mise au point à l’Université du Wisconsin (Madison), change la façon dont on peut évalu...

Article suivant
Le soya semé en juin
Le soya semé en juin

Leanne Freitag, directrice de soutien aux services agronomiques chez Syngenta, explique comment un semis ta...