La période critique sans mauvaises herbes pour le soya

April 5, 2018

Leanne Freitag, conseillère agréée en cultures, directrice de soutien aux services agronomiques de Syngenta

Vous qui vous efforcez d’accroître vos rendements en soya, devez-vous vous préoccuper de la période critique sans mauvaises herbes (MH) pour cette culture? La réponse est : oui, absolument. C’est aussi important que dans le maïs. Lorsque vous atteignez la période critique sans mauvaises herbes, une perte de rendement rapide et irréversible survient si des MH sont présentes. Alors, quand cette période a-t-elle lieu pour le soya? Au stade 1 à 3 feuilles trifoliées (V1 à V3), selon une estimation prudente des professeurs Clarence Swanton, de l’Université de Guelph, et Peter Sikkema, du campus de Ridgetown de l’Université de Guelph. Il est difficile de prédire quand exactement cette période a lieu pour le soya, car cela varie d’un champ à l’autre et d’une année à l’autre, en fonction de trois facteurs :

  1. La levée des mauvaises herbes par rapport à la levée de la culture – c’est là le facteur le plus critique en matière de perte de rendement.
  2. La densité des mauvaises herbes.
  3. Les espèces de mauvaises herbes – généralement, à la même densité, les graminées annuelles affectent moins le rendement que les feuilles larges annuelles.

Le soya détecte les mauvaises herbes avant qu’elles lèvent

Pour l’essentiel, la période critique sans mauvaises herbes pour le soya s’étend de V1 à V3. Cela signifie que si votre culture de soya détecte des mauvaises herbes durant cette période, vous perdrez du rendement. Toutefois, même avant V1, la présence de mauvaises herbes a un impact sur la croissance et le développement du soya. Les travaux de recherche de Clarence Swanton indiquent que le soya détecte les mauvaises herbes avant même leur levée et, en réaction, modifie sa morphologie. En raison de la présence de mauvaises herbes tôt en saison, on a observé dans le soya, entre autres effets, des changements dans l’expression génique, dans la teneur en azote dans les racines et les feuilles, de même que dans les niveaux de stress oxydatif, et une diminution de la teneur en pigment photosynthétique.

V1 marque le début de la baisse de rendement observable – une « chute libre du rendement », selon Swanton. Si votre champ n’est pas exempt de mauvaises herbes à ce stade, vous risquez de perdre de 0,5 à 2 boisseaux par jour pour chaque jour où les mauvaises herbes sont présentes. Cela signifie que le soya ne doit pas détecter de mauvaises herbes lorsqu’il atteint V1. Appliquer un herbicide de prélevée à effet rémanent constitue un moyen de gérer les risques en matière de désherbage, tels les aléas météos et la gestion du temps. En outre, les herbicides de prélevée pour le soya offrent davantage d’options quant aux matières actives et au spectre de désherbage. Et vous aurez encore un plan de rechange, soit un herbicide de postlevée, pour supprimer les échappées et la deuxième vague de mauvaises herbes.

Le facteur temps revêt une importance cruciale

Si vous décidez de ne pas utiliser d’herbicide rémanent mais optez plutôt pour un programme de postlevée, vous devrez appliquer votre herbicide suffisamment tôt pour que les mauvaises herbes aient succombé avant le stade V1. Le problème avec ce plan est que, idéalement, pour que le potentiel de rendement de votre culture de soya soit maximisé, il ne faudrait pas qu’elle soit confrontée aux mauvaises herbes avant que soit passé le stade V3. Comme une nouvelle feuille trifoliée apparaît tous les cinq à sept jours environ, vous devrez compter sur votre application en postlevée pour maintenir vos champs propres pendant approximativement trois semaines, ou vous devrez faire une deuxième application pendant cette période. Mais s’il y a des lacunes dans votre programme de postlevée, nous n’aurez peut-être pas de plan de rechange.

À V3, le rendement est déterminé et, généralement parlant, les mauvaises herbes qui lèvent après ce stade ne le compromettent pas. Une fois passé V3, l’objectif du désherbage change : il ne s’agit plus de gérer le rendement, mais plutôt la récoltabilité et la présence de semences de mauvaises herbes.

Voici les principales conclusions du professeur Swanton en ce qui concerne la gestion des mauvaises herbes :

  1. Le facteur temps revêt une importance cruciale.
  2. La perte de rendement peut se calculer à la journée.
  3. La perte de rendement est irréversible.

En vous préparant pour la saison de croissance qui approche, assurez-vous de mettre en place un plan solide pour maintenir votre soya exempt de mauvaises herbes jusqu’au stade V3, afin de maximiser votre potentiel de rendement. Pour plus d’information, consultez ce bulletin technique sur l’herbicide Boundary® LQD.

 

Article précédent
Semoir à large ou à faible écartement : lequel convient le mieux à votre ferme?
Semoir à large ou à faible écartement : lequel convient le mieux à votre ferme?

Ce qui vous conviendra dépendra de la durée de la saison de croissance dans votre région, du rendement pote...

Vidéo suivant
Étape 5 : obtenez un peuplement en « clôture de piquets » dans le soya
Étape 5 : obtenez un peuplement en « clôture de piquets » dans le soya

Dans la partie 5 de cette série de 5, Eric Richter, directeur des Services agronomiques, explique pourquoi ...