Possibilités de l’agriculture de précision dans le soya

February 1, 2018

Mettre le bon produit au bon endroit pour produire une meilleure culture – voilà, en un mot, ce qu’est l’agriculture de précision. Alors, comment les producteurs de soya peuvent-ils tirer profit des systèmes d’agriculture de précision? Ils doivent commencer par cartographier les zones de production dans l’ensemble de leurs champs.

« À mesure que l’industrie apprend comment le soya réagit aux différents systèmes de gestion, nous constatons de plus en plus que l’approche de type agriculture de précision permet aux producteurs d’accroître leurs profits à l’acre de soya », dit Eric Richter, directeur des semences agronomiques. Celui-ci aide les clients de Syngenta à mettre en place leurs systèmes d’agriculture de précision, et il note que la possibilité d’améliorer la rentabilité peut ne pas être la même pour toutes les fermes.

L’agriculture de précision est-elle pour vous?

« Ce sont les producteurs de soya dont les champs sont les plus variés qui ont les meilleures possibilités avec les systèmes d’agriculture de précision, indique-t-il. Ces systèmes conviennent parfaitement aux fermes qui ont des types de sol et une topographie extrêmement variés. Dans un même champ, on peut passer de la terre noire organique au sable, ou de l’argile à faible teneur en matière organique à un loam argileux très productif. »

L’agriculture de précision implique de mesurer cette variabilité environnementale et d’y répondre en modifiant les pratiques et les intrants dans des zones précises de tout le champ. Elle peut inclure des prescriptions particulières pour tout : depuis la génétique jusqu’aux amendements du sol, en passant par les taux de semis, les traitements de semences, les engrais, les inoculants et les fongicides.

Gestion des cultures par zones

« À notre avis, trois zones sont suffisantes : une à productivité élevée, une à productivité moyenne et une à productivité faible », dit Richter. La cartographie se fait en compilant les données rétrospectives, notamment les cartes de rendement, la topographie du champ, l’expérience du producteur et sa connaissance de la ferme, la teneur en matière organique et les résultats des analyses de sol. L’imagerie par drone et la photographie aérienne aident aussi à déterminer les zones de production du champ.

Une fois définies, ces zones de production permettent au producteur de gérer son champ avec un très haut degré de précision et d’adaptation. Cette approche contraste avec la gestion fondée sur l’ensemble du champ et avec les décisions de production prises sur la base de moyennes.

« Avec le soya, le plus important est de sélectionner d’abord la variété la mieux adaptée, puis de cibler la bonne population et d’appliquer la bonne quantité d’intrants dans ces environnements variables, explique Richter. Les producteurs mettent en place un système de production qui convient à chaque milieu de culture, et le tour est joué. »

Différences entre soya et maïs

De nombreux producteurs ont d’abord utilisé l’agriculture de précision dans leur maïs. Richter leur recommande toutefois de ne pas prendre cette culture comme modèle pour le soya, car les approches divergent de bien des façons.

« Une des différences fondamentales, c’est qu’il faut vraiment se concentrer sur les populations adéquates, dit-il. Dans le maïs, dans les zones à rendement moyen ou élevé, un plus grand nombre de semences et des populations nombreuses se traduisent généralement par des rendements supérieurs. De toute évidence, c’est le contraire dans le soya. »

« Nous encourageons les producteurs à sélectionner la population optimale », ajoute-t-il. Les cibles sont définies en fonction du type de sol et de plante ainsi que du milieu de culture. La matrice de population de Syngenta vous facilitera la tâche à cet égard.

« Il faut trouver le juste équilibre : la population appropriée pour une fermeture des rangs optimale ou précoce, sans toutefois une croissance végétative massive, afin d’assurer des rendements maximaux, explique Richter. Le système d’agriculture de précision pour le soya vous permet vraiment d’exploiter cette possibilité. »

Dans les zones à rendement plus faible, l’approche pour chacune des deux cultures ne saurait être plus différente. « Dans le maïs, on réduit légèrement la population, alors que dans le soya il faut l’augmenter. »

Richter résume ainsi : « La possibilité qu’offre le concept d’agriculture de précision est plus grande dans le soya que dans le maïs. La raison en est que l’on peut gérer intensément le soya tant dans les zones à rendement moyen que dans celles à rendement élevé, et qu’il existe aussi un modèle qui aidera les producteurs à maximiser leurs profits dans les zones à faible rendement. »

La prescription pour votre soya

Si vos terres sont très variables et que vous vous interrogez sur la variété, la population, l’espacement entre les rangs et l’engrais à utiliser, Richter dit que l’agriculture de précision pourrait vous fournir des réponses. La première étape consiste à consulter des agronomes et des conseillers en cultures, qui formuleront une prescription pour vos champs.

« Notre entreprise est heureuse de contribuer à la production de meilleures cultures de soya grâce à l’approche de l’agriculture de précision, conclut-il. Cette intensité de gestion sera payante. »

 

Article précédent
Intensifier la régie ne coûte pas plus cher
Intensifier la régie ne coûte pas plus cher

Pour obtenir 5 t/ha, il ne faut pas toujours dépenser plus pour la semence. Vous pourriez réduire ces frais...

Article suivant
S’attaquer tôt aux mauvaises herbes pour obtenir des rendements optimaux
S’attaquer tôt aux mauvaises herbes pour obtenir des rendements optimaux

Ne laissez pas votre culture voir les mauvaises herbes. C'est le principal conseil pour une production supé...

×

Recevoir des mises à jour par courriel

Prénom
Nom de famille
Merci pour votre subscription!
Error - something went wrong!